Biographie

Simone Huby naît à Faymonville, petit village wallon non loin de Malmedy qui fut durement touché au cours de l'offensive des Ardennes en 1944-45. Le père, incorporé de force dans la Wehrmacht du IIIème Reich allemand, est déclaré disparu en Russie.
Etudes régendat germanique, puis exerce le métier d'enseignante.
Publie des poèmes, lauréate du concours de poésie Interfrance, Malines.
En 1967, épouse Mathieu Schouteden, professeur, architecte et artiste-peintre, qui l'encourage à s'exprimer dans l'art plastique. Naissance d'une fille.
Habite et crée à St. Vith en communauté germanophone. Expose à partir de 1972. Décès en 2011.

foto expo Lanzenberg 2016

Publications

Appel

En vue de la préparation du catalogue raisonné de l'oeuvre de Simone Huby, toute personne possédant une oeuvre est invitée à se manifester par mail à l'adresse: info@simonehuby.be
 
  • «Le Noir dans le Sculptural», 1993, par l'Atelier 340, dans lequel Simone Huby figure parmi les fontamentaux aux côtés de Jean-Marie Gheerardijn, Ado Hamelryk, Walter Leblanc et Tapta. Avec aussi : Bram Bogart, Marcel Broodthaers, Christian Claus, Luc Coeckelberghs, Leo Copers, Amédée Cortier, Marc Feulien, Richard Flament, Florence Fréson, Vic Gentils, Marie-Jo Lafontaine, Dominique Marx, Vrolix. Contexte international : Rafael Canogar, Adolf Luther, Louise Nevelson, Karl Prantl, Pierre Soulages, Bernar Venet
  • «S. Huby, Parcours», 1995, ART's Henry Bussière, Paris
  • «Simone Huby», par l'Administration de la Communauté germanophone, Eupen, préfacé par Stéphane Penxten et Freddy Derwahl 
  • « Abstractions construites en Communauté Française de Belgique de 1980 à nos jours», 2006, Service des Arts plastiques du Ministère de la Communauté Française
  • «Simone Huby ou l'esprit dans la matière», 2007, par Les Amis des Musées de Verviers, Musée des Beaux-Arts, préfacé par Jean-Marie Aubier
  • «Les Femmes créatrices», 1993, Association Musée d'Art contemporain de Chamalières
  • «Féérie pour un autre livre», 2000, par le Centre de la Gravure et de l'Image imprimée, La Louvière, et le Musée Royal de Mariemont, Morlanwelz, p. 121
  • «50 ans de coups de coeur», 2004, Les Amis des Musées de Verviers
  • «Guide des Arts plastiques de la Communauté française de Belgique 07-08», p. 197
  • Krautgarten, Forum für junge Literatur, n° 15, 1989

Acquisitions

Oeuvres acquises par  

  • la Communauté Française de Belgique
  • la Communauté Germanophone de Belgique www.dgkulturerbe.be
  • Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, www.balat.kikirpa.be
  • le Musée d'Ixelles
  • le Musée de Verviers ainsi que par des collectionneurs privés

Expositions

 

 

 

2017

acquisitions récentes, ACAM Verviers, expo collective du 03 12 2016 au 15 01 2017

2016

Rétrospective - Galerie FRED LANZENBERG, Bruxelles, du 15 09 2016  au 29 10 2016
Vidéo NewsArtToday.Tv  

«L'univers de Simone Huby" au MALMUNDARIUM Malmedy, du 20 01 2016 au 24 04 2016

2007

«Simone Huby ou l'esprit dans la matière, hommage » au Musée de Beaux-Arts de Verviers. Les Amis des Musées de Verviers

Publié avec l'aimable autorisation de Télévesdre

2006

Kunstausstellung der Deutschsprachigen Gemeinschaft. Museum Peenemünde. Museum Eisenhüttenstadt
Abstractions construites en Communauté française de Belgique, de 1980 à nos jours, Bruxelles 

2005

Oeuvres d'art contemporain de la Communauté Française de Belgique. Acquisitions 1999 à 2000, à la Maison de la Culture de Namur

2004

« 50 ans de coups de coeur » au Musée des Beaux-Arts de Verviers. Les Amis des Musées de Verviers

2003

Galerie FRED LANZENBERG, Bruxelles www.galeriefredlanzenberg.be
« Abstractions », Le Botanique, Bruxelles

2000

Féérie pour un autre livre. Musée Royal de Mariemont, Morlanwelz, Belgique
Eurohood 2, IKOB Mönchengladbach
« Lire entre les signes »,  Athenée Royal de Malmedy
Sélection Ikob, Grange du Faing, Jamoigne
Galerie HENRY BUSSIERE, Paris
Ikob, Bâtiment Provincial Solvay, Charleroi 

1999

Noir. Zwart. Schwarz im Skupturellen Bereich. Kunsthalle Darmstadt, Deutschland
Livres-sculptures. La Vénérie, Bruxelles

1998

Galerie FRED LANZENBERG, Bruxelles

1996

Galerie HENRY BUSSIERE, Paris. Oeuvres rares: Bitran, Dado, R.E. Gillet, Huby, Mitsuushi, Mušič, Solvès
ART STRASBOURG. Galerie Henry Bussière: Solvès, Huby, R.E. Gillet 
Maison Cavens, Malmedy
Centre Culturel « Les Chiroux » Liège

1995

« L'imaginaire de la Trace », Le Botanique, Bruxelles
« Traces de Mémoire », Hommage à Raoul Ubac, Galerie Henri Bussière, Paris
Foire d'Art Actuel au Heysel, Galerie Fred Lanzenberg, Bruxelles
Kreismuseum Blankenheim

1994

Galerie FRED LANZENBERG, Bruxelles
Galerie HENRY BUSSIERE, ART's, Paris: Confrontation: Alquin-Alechinsky-Arranz-Becking-Bitran-Caballero-Dado-Dicrola-Doucet-Gilioli-Gillet-Giorda-Huby-Irmer-Jorn-Kremer-Maryan-Marfaing-Mitsuuchi-Müller-Reinhart-Mušič-Potage-Reinhoud-Rivaboren-Suzzoni-Bram Van Velde-Zush
Belgisches Haus, Köln

1993

Galerie Henry Bussière, DECOUVERTES, Paris
De Warande, Turnhout
« Dix-sept femmes créatrices dans le monde », Musée d'Art Contemporain, Chamallières (F)
« Le Noir dans le Sculptural », Atelier 340, Bruxelles
Musée de Wittstock, Allemagne

1992

Galerie Herny Bussière, Paris
Galerie Fred Lanzenberg, FIAC, Paris
Galerie Fred Lanzenberg, Bruxelles
Abbaye de Malmedy
Chateau de Wallerode (St. Vith)

1991

Galerie Fred Lanzenberg, ARCO
Galerie Fred Lanzenberg, DECOUVERTES, Paris
Musée des Beaux-Arts, Verviers

1990

Centre Culturel de Theux
Galerie Fred Lanzenberg, Bruxelles

1989

La Maison d'Images, Ferrières
Park Hütte, Eupen

1988

« En quête de l'écriture », Galerie Saint-Luc, Liège

1986

Kunst und Bühne, Eupen
Galerie Koma, Mons

1985

Exposition dans son propre atelier, St. Vith

1984

Assemblages Fer et Bois, présentés au Colloque Queneau, à Verviers

Articles de presse, sélection

2016 10 14 La Libre Belgique RPT 


 
Les présents articles sont reproduits avec l'autorisation de l'Editeur, tous droits réservés. Toute utilisation ultérieure doit faire l'objet d'une autorisation spécifique de la société de gestion Copiepresse: info@copiepresse.be

ENTRE L'OMBRE ET LA LUMIERE

par Stéphane PENXTEN, Bruxelles, 1991
Préface du catalogue édité par l'Administration de la Communauté germanophone

Proscrit du champ consommateur mais rescapé de la décharge publique, l'objet garde les stigmates du temps qui passe et les morsures du temps. De l'ombre à la lumière, l'objet, marqué par les intempéries, conserve un peu de soleil, de pluie, de gel et de vent. Comme le visage de Simone où le temps grave les marques profondes d'une vie en plein air. Partout, où qu'elle aille, Simone Huby récolte, déniche, rencontre ou se heurte à ces indignes, à ces impropres. L'objet de rebut n'est plus, dès lors, ce qu'il fut. Il entre, comme composant d'une angoisse sociale, dans la logique plastique d'une poétique passagère.
Simone a mal aux autres, a mal au monde. Une vie retirée, paisible, partagée entre la famille, la nature et l'atelier - sa cave - ne font que renforcer sa réceptivité au monde extérieur. Entre la nature, sa cellule et le monde des autres, il y a la civilisation: celle de la pensée et de l'écriture, de la poésie et de la littérature mais aussi de la misère et de la guerre, de la haine et de la peur. Derrière la lecture de L'Insoutenable légèreté de l'être et la participation à Amnesty International s'affirme la conviction que l'homme est fragile. L’œuvre plastique traduit souvent le désespoir d'une humanité qui s'oublie. Paysage du 20ème siècle où la figure, hors de l’œuvre, est le regard de l'autre. Cette absence de la représentation, ces œuvres sans visages renvoient de façon lancinante au champs clos de l'angoisse intérieure. Elles sont le contenu de la souffrance, l'expression de la tourmente.

Les matériaux bruts se fondent en une composition rigoureuse: harmonie en noir où la lumière accroche les traces existentielles. Ici, des plaques de bitume se superposent en de curieuses cartographies. Au centre, la toile de jute apparaît en repentir: lézarde de lumière blonde, végétal englué dans l'ombre minéralisée de la dualité ombre - lumière. S'ils évoquent, comme l'indiquent certains titres, des paysages apocalyptiques, ce l'est moins par leur naïve et sommaire signalétique que par leur oppressante atmosphère. Sous une apparente économie de moyens se cachent les manipulations subtiles, les altérations nécessaires. Ciels minéralisés, terres scrofuleuses, mers buboniques, le matériau sous la “morsure térébenthine“ pleure un goudron purulent. Notre siècle puise dans les flancs de la terre sa propre lèpre, engendre une nouvelle peste noire. Le drame s'accomplit.

Les bandes de roofing, goudron en prêt-à-poser, s'éclairent ici et là, renferment la lumière à laquelle elles ont été trop longtemps exposées. Cette ténèbre molle transpire de fines gouttes de soleil. Le bien triomphe-t-il toujours du mal? Lumière d'espoir, lumière de la Foi. Chaque œuvre de Simone Huby contient sa charge de sacré. Loin du dogme religieux, près de l'amour de l'homme et de la nature, l’œuvre concentre l'éternelle dramaturgie. Celle de la dualité primordiale, à la fois tellurique et spirituelle: la lutte du bien et du mal, de l'ombre et de la lumière.

Dans certains travaux, ce sens du sacré est exprimé plus directement.
La série des fenêtres correspond incontestablement à la mise en icône des objets les plus quotidiens. Objets de rebut au sens propre. Ils sont, pour la plupart, identifiables. Les cadres, de vieux chambranles de fenêtres, contiennent un espace où s'agence rigoureusement l'objet trouvé. Mais ici encore l'atmosphère prime. L'objet, aussi symbolique soit-il, les serrures par exemple, est avant tout l'élément d'une composition plastique.

Aux grands bitumes, que nous pourrions qualifier de figuratifs, correspond la période abstraite des fenêtres. Abstraite ou plutôt concrète. Chaque élément, chaque objet ne cherchant aucunement à masquer sa réalité mais plutôt à participer d'une harmonie dictée par des forces intérieures, des forces supérieures. Elévation du rebut, de l'inutile, de l'usagé; chez Simone, la mise en icône est plus qu'une allusion métaphorique aux exclus et aux reclus. Plus qu'un jeu de l'esprit, elle est la matérialisation d'une douleur, l'image d'un désarroi devant la souffrance et l'intolérance. Comment ne pas penser a certains retables du Moyen Age: scènes en trois dimensions de la Passion du Christ ou du Martyre des Saints. Mais l'œuvre est ici plus forte encore. Sobre, rigoureuse, dépouillée, elle provoque une lecture immédiate, un malaise soudain. Art pauvre, serait-on tenté de dire. Pour le goût des matériaux rugueux, sans doute, mais pas dans l'extraordinaire précision de la composition et surtout pas dans l’évidente scénographie du mystère qu'elle induit. L'ombre est ici carcérale.

Ombre et Lumière, De la Nuit au Crépuscule, deux recueils de poésie que publie la jeune Simone Huby, alors enseignante en langues germaniques. La part du texte, elle s'en souviendra plus tard, en 1988. Elle a cinquante-cinq ans. Depuis quinze ans déjà, elle a troqué les mots pour les objets. Un univers plastique s'est élaboré lentement, entre minéral et végétal, entre terre et ciel. Toiles et voiles, châssis et serrures, racines et bitumes ont tissé les relations au monde environnant. Mais il y a trois ans Simone s'est écartée des collines caressées par le vent, des sentiers battus par la pluie. L’œuvre se fait papier, suie et encre. Plus fragile que jamais, plus sobre encore, elle bascule du concret à l'idée, du relief au plan. Apparaissent ce que les uns appellent bannières, ce qu'elle nomme tapisseries. De vieux journaux, marouflés sur toile lâche, sont le terrain d'une signalétique fumigène. L'ombre et la lumière s'accordent, complices, symbiotiques. L'écriture, l'encre noire sont la mémoire des mots, l'agencement concret d'une sémantique de la pensée et de l'émotion. Paradoxe de langue écrite que de concentrer le savoir en ces curieux et rigoureux ordonnancements. L'écriture, c'est la mémoire mais c'est aussi l’émotion et la mémoire de l’émotion. Pouvoir de l'image sur le texte, de la matière sur la pensée. Loin de l'événement, la bibliothèque conserve l'histoire. Une histoire d'encre et de poussière, stratigraphie de papier d'un présent qui a définitivement vécu. Cette suie noire, typographique, recouvre le papier, occulte le présent, enveloppe l'avenir. La Bibliothèque des âges ouvre la porte sur une pensée sédimentaire, sur les géologies de la mémoire. La lumière blanche d'une page se couvre, comme le lit d'une rivière, des alluvions du savoir.

Une boîte, grossière, couvercle fermé, protège de petites fardes de papier noirci, empilées. Dans chacune d'elles, que l'on devine faites de ce papier qui fut réceptacle du texte, une petite bande de carton coloré, découpé. La mémoire protège l'avenir. Le passé contient le présent, tout le cheminement de l'artiste est mis au tabernacle. Symboles d'une éthique placée sur l'autel de la foi et du partage. Archivages et ex-voto sont la part d'un même sens du sacré, d'un même humanisme qui, de l'ombre à la lumière révèlent la chose humiliée dans sa dignité oubliée.
Je crois cette femme qui, devant la mer du 20ème siècle eut envie de prier. Il est des ténèbres qui transportent la lumière de l'espoir.

Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur




Contact

Infos légales

Le(s) présent(s) article(s) est (sont) reproduit(s) avec l'autorisation de l'Editeur, tous droits réservés. Toute utilisation ultérieure doit faire l'objet d'une autorisation spécifique de la société de gestion Copiepresse : info@copiepresse.be

Editeur responsable

Email : info@simonehuby.be

Copyright

© 2015 Succession Simone Huby
Tous les textes, images, logos et illustrations sont protégés en matière de droits d’auteur. L'ensemble du site web (textes, données, images, photos, graphiques, logos, etc.) est couvert par le droit d'auteur et marques déposées.

Responsabilité du visiteur

Toutes les informations sur ce site ont été recherchées soigneusement. Cependant, l'éditeur ne peut être tenu responsable de l’exactitude des informations citées. Le site contient des liens vers d’autres sites qui sont soit liés, soit totalement indépendants du notre. On ne pourra en aucun cas être tenu responsable du contenu qui ferait partie d’un site vers lequel renverrait un lien proposé par notre site. Si vous remarquez des erreurs ou des informations incorrectes sur ce site, prière de nous les communiquer par écrit.

Réalisation & Hosting

Indigo PGmbH

Pierre Benker
Friedensstr. 10
B-4780 SANKT VITH
Belgique

Tél. : +32 (0)80 280 281
Email : info@indigo.info

Programmation :

Indigoweb sàrl

Z.I. Giällewee 9
L-9749 FISCHBACH/Clervaux
Luxembourg

Tél. : +352 26 90 31 28

www.indigo.info

Content Management System REDAXO
Open Source Content Management System

www.redaxo.de